Marche la tête haute Claude Snow

MARCHE LA TÊTE HAUTE.
Aider les pauvres à se frayer un chemin.

 

L’État s’y prend de façon subtile pour abaisser les pauvres. Bien sûr, il ne les dénigre pas ouvertement ; il ne fait que les priver de certaines libertés fondamentales, comme le droit d’être entendu, le droit d’accès à l’information personnelle et le droit de se défendre de façon équitable.

Les pauvres sont ainsi relégués à un statut inférieur et traités comme des citoyens de seconde classe, puisqu’ils sont privés de droits et libertés dont jouissent les autres citoyens.

Ce livre attire l’attention sur l’un de ces droits en particulier, celui de l’honneur, qui est rattaché au statut de citoyen. Les groupes tentent de persuader l’État de reconnaître ce droit tantôt en lui forçant la main, tantôt en lui tirant l’oreille, mais toujours en gardant un bon rapport de force avec lui, en quête du juste milieu.

MARCHE LA TÊTE HAUTE.
Aider les pauvres à se frayer un chemin.

 

AVANT-PROPOS

Comme pour bon nombre de droits, la dignité égale pour tous s’acquiert petit à petit, un combat à la fois, grâce à une lutte constante que mènent de nombreux militants infatigables.

Ces militants, que nous appellerons ici les « groupes », englobent tous ceux qui travaillent au nom du progrès social dans la société. Leur cause est claire : voir les pauvres se faire traiter avec la même dignité que les autres citoyens.

Nous parlerons d’une deuxième puissance, tout aussi importante, que nous désignerons par le terme « État ». Il s’agit d’un terme générique qui comprend les élus, les divers paliers de gouvernement, ainsi que l’appareil public.

Il sera aussi question d’une troisième force, constituée de citoyens affaiblis économiquement, qui apprennent, grâce aux conseils des groupes, à s’expliquer, à s’affirmer et à se défendre dans leurs rapports avec l’État.

L’État aurait normalement beau jeu avec ces derniers, mais les interventions des groupes changent la donne. Ils amènent l’État à s’ouvrir les yeux, lui forcent la main – et quelquefois même, lui tirent l’oreille – pour qu’il les traite équitablement en tant que citoyens.

Claude SNOW, MARCHE LA TÊTE HAUTE ! Aider les pauvres à se frayer un chemin. Caraquet, N.-B., Comité des 12 pour la justice sociale, 2013, 100 pp. Livre téléchargeable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s